mardi 10 février 2009

Le petit ange


Quand la grande faucheuse passe..elle ne fait pas de choix objectif. Elle passe.


C'est le corps qui décide indépendamment de l'âme.


Et je crois que Martin Fréchette en avait une fort belle.


Une âme candide, spontanée et cristalline.


Pour l'avoir croisé et observé à quelques reprises, c'était évident.


Dans ses interprétations, c'était évident.


Je me souviens particulièrement, de lui dans la dernière production de Zone de Marcel Dubé.


Il incarnait avec une grande empathie, le personnage de Moineau.


À cette occasion, lors d'un entretien avec le public, après la pièce, j'y ai vu une bel homme simple, discret, mais intense. Brillant dans l'analyse de son personnage.


Je suis sûr que c'était une bonne personne.


Les artistes perdent un petit ange.


Toutes mes sympathies au milieu du théâtre, à ses ami(e)s ainsi qu'à sa famille...

Le comédien Martin Fréchette est décédé mardi dernier des suites d'un cancer au cerveau, qui avait été diagnostiqué en novembre 2005.
L'artiste, âgé de 37 ans, s'était surtout fait connaître par le biais du petit écran à la fin des années 90. Il avait interprété le personnage de Pierre-Luc dans Watatatow entre 1996 et 2002. Il avait aussi fait Samuel pendant cinq ans dans le téléroman Bouscotte.
Par ailleurs, en 2004, il fut chroniqueur à l'émission L'été, c'est péché.
Martin Fréchette a été formé à l'École nationale de théâtre. Il a joué dans plusieurs pièces de théâtre dont Zone de Marcel Dubé, en 2004. Il s'agissait de sa dernière apparition sur scène, au Théâtre Denise-Pelletier et en tournée au Québec
Plusieurs amis et proches se sont rassemblés, dimanche, à Longueuil, pour une cérémonie au cours de laquelle on a lu des textes et poèmes écrits par l'artiste qui avait eu 37 ans le 24 décembre dernier.
Une pierre du mur du Théâtre de Quat'Sous sera dédiée à sa mémoire. L'annonce en a été faite par Éric Jean, le directeur du théâtre, lors de la cérémonie funéraire.


Texte principal de La Presse Canadienne
Photo: Robert Mailloux, La Presse - Victor Diaz Lamich.

2 commentaires:

Pascal a dit…

Je suis très touché par cette nouvelle que j'ignorais. J'ai fait mon secondaire avec Martin. C'était un super bon gars. Il va manquer à tous.

doreus a dit…

Quand j'ai vu la nouvelle, ça m'a fait un choc. Non, je ne le connaissais pas comme acteur, mais il était plus jeune que moi d'une semaine exactement.

Ce n'est pas mourir dans la fleur de l'âge. C'est mourir comme bourgeon à peine éclos.