mardi 4 novembre 2008

L'été des Indiens

Cette expression désigne une période de beau temps qui se produit durant la saison de l'automne après les premières gelées.Ce phénomène est aléatoire et propre à tout l'hémisphère nord.
On a commencé à entendre parler de "l'Indian Summer" en Pensylvanie à la fin du 18e siècle.
Ce terme a ensuite voyagé dans les régions de New York et de la Nouvelle-Angleterre vers 1798. Il aurait fait son apparition au Canada vers 1821 et en Angleterre vers 1830.



Les francophones du Canada ont alors traduit ce terme littéralement par "été des Indiens." L'origine de cette appellation est incertaine. Cependant, plusieurs hypothèses furent émises : L'appellation "des Indiens" vient du fait que les Amérindiens profitaient de ce temps doux et sans précipitations pour préparer leurs habitations en vue de la saison froide.



Ces Indiens, avant de réintégrer leurs quartiers d'hiver, profitaient de ces derniers beaux jours pour terminer leurs récoltes et garnir leur wigwam de provisions. La température étant clémente, les journées étaient propices à la conservation du gibier accumulé. Comme ils vivaient au jour le jour, ils attendaient à la dernière minute pour aller à la chasse. Si, malheureusement, la période attendue de temps doux n'avait pas lieu, ils en étaient quittes pour un hiver de "vaches maigres".
On considère que l'on vit un été des Indiens lorsque:
-La période de temps exceptionnellement chaud suit une période de gel.
-Le temps est généralement ensoleillé.
-Il n'y a pas ou peu de précipitations.
-Les vents sont légers.
-Il peut y avoir un peu de brouillard matinal
Ces conditions doivent se poursuivre pendant au moins 3 jours.

Météorologiquement parlant...Ce phénomène est dû à la position des creux et des crêtes de pression en altitude. Puisque l'air chaud nous vient du Golfe du Mexique, il est humide. Les nuits étant fraîches, la condensation se produit au sol. On parle de gel essentiel avant la période de temps doux, pour pouvoir discerner l'été des Indiens du véritable été qui vient de se terminer.


D'autres pays, d'autres noms d'étés...Dans plusieurs pays d'Europe, on retrouve des périodes analogues à l'été des Indiens (i.e. ayant à peu près les mêmes critères). Ces périodes portent toutes des noms faisant allusion à un élément culturel, religieux ou folklorique. Dans la vallée du Saint-Laurent, on parle donc de l'été des Indiens ou de l'été des Sauvages. En France et dans les pays d'Europe occidentale en général, on parle aussi de l'été de la St-Denis (9 octobre), été de la St-Géraud (13 octobre) ou été de la St-Martin (11 novembre).

Une légende suédoise parle de l'été de la Toussaint qui se produit à la fin octobre ou au début novembre et qui est du temps chaud et ensoleillé, accompagné de brume sèche. En Angleterre, en plus d'avoir adopté l'expression américaine, on appelle aussi été de la Saint-Luc (18 octobre), une période de temps beau et calme. En Allemagne, on le nomme l'été de l'aïeule. Finalement, en Europe centrale, on parle du old wives'summer (été des bonnes femmes) qui se produit vers la fin septembre.Quelques données statistiques A Montréal et à Québec, l'été des Indiens se produit le plus souvent autour du 10 octobre, avec une occurrence plus probable, pour Montréal, les 7, 15 et 16 octobre.
Il n'y a qu'environ 27% de l'ensemble des étés des Indiens qui ont duré 5 jours et plus,et ce, autant à Montréal qu'à Québec.Ca prouve que le phénomène porte sur une vaste étendue géographique. Environ 40% des années, à Montréal, ont droit à un été des Indiens.

DONC, on constate qu'il n'est pas certain qu'une année donnée profite d'un été des Indiens, mais ce qu'on sait, c'est que ce phénomène est plus qu'une légende : c'est une réalité climatique.



2 commentaires:

doreus a dit…

Ça n'existe pas vraiment en Alberta, ce genre de phénomène... mais notre automne est long et la fraîcheur de l'air est tempérée par l'absence d'humidité. Belles illustrations!

Patricia a dit…

c'est beau l'automne.. Pour l'absence d'été indien, faisons comme d'habitude: blâmons El Niño ! :o)